Taekwondo

 

LE TAEKWONDO

Le Taekwondo est né et s’est développé en Corée, avant de se répandre progressivement dans le reste du monde. Il fait son apparition en Belgique au début des années 70, importé par les Maîtres Lee Boem Jhoo, LY Tanh Son, Lee Kwan Young et Kim Yong Ho.

Aujourd’hui, c’est un sport international, moderne et reconnu de tous. Il est pratiqué par 80 000 000 d’adeptes dans les 204 pays membres de la World Taekwondo. Il est discipline olympique depuis les Jeux de Sydney (2000).

Le Taekwondo est un art martial dont le nom peut être traduit par La voie du pied et du poing. Le pratiquant apprend des techniques de pieds et de poings dans le but de se défendre et de faire le bien.

La pratique régulière du Taekwondo favorise le développement et le maintien de la souplesse et de l’équilibre. Elle permet de drainer les tensions et de canaliser son agressivité. Le taekwondo est un agréable mélange d’agilité, de vitesse et de souplesse. Il requiert une grande volonté, favorise la concentration et la maîtrise de soi.

Le Taekwondo est un sport extrêmement motivant à pratiquer. Le pratiquant peut évaluer sa progression personnelle. Il se voit récompensé de ses efforts par l’attribution de grades de couleurs qui traduisent son niveau de maîtrise. Le taekwondo offre de belles perspectives de développement pour le jeune pratiquant. Les entraînements dirigés permettent d’acquérir rapidement une bonne connaissance des techniques de combat. Le débutant peut, s’il le désire, prendre vite part à la compétition.

Bien que les affrontements soient engagés et impressionnants, les risques encourus par les participants sont relativement faibles. En effet, les règles d’arbitrage très strictes veillent à protéger les compétiteurs et tiennent compte des éventuels écarts de niveau. De plus, le port de protections (plastron, casque, coquille, …) réduit considérablement les risques de blessures.

Le Taekwondo peut être pratiqué à tout âge. À l’ABFT, deux tiers des pratiquants sont âgés de moins de 18 ans. La pratique se féminise. Aujourd’hui, les femmes occupent 30 % de nos effectifs.

 

EN PRATIQUE

 

Le Taekwondo de compétition

Le taekwondo est aussi un sport de combat et sport olympique depuis l’an 2000.

Les adversaires s’affrontent sportivement sur une aire octogonale. Ils marquent des points au tronc et à la tête essentiellement avec les pieds. Ses points sont enregistrés par un casque et un plastron électroniques.  Celui qui a le plus de points au terme des trois rounds remporte la partie.

La pratique technique ou « Kibon » et les Poomsae

Le Kibon correspond à l’apprentissage et à la répétition des techniques simples et complexes du Taekwondo. Il s’agit d’une étape indispensable pour tout taekwondoïste.

Les Poomsae sont des enchaînements codifiés des différentes techniques apprises par le pratiquant. Ce sont des « combats imaginaires » créés par les pères fondateurs du Taekwondo. Les différents Poomsae offrent aux taekwondoïstes un schéma de progression technique précis et constituent pour le moniteur un outil de vérification des acquis de l’apprentissage. La pratique des Poomsae est une excellente gymnastique à la fois physique et mentale et contribue à la bonne santé du pratiquant tout au long de la vie.

Le combat codifié ou « Macho Kyorugi »

Il s’agit d’une forme de combat protocolaire permettant aux taekwondoïstes de mettre en pratique leurs techniques de blocages, de coups de pied et de coups de poings. Les deux pratiquants se font face et déclenchent, au signal de l’un des deux « adversaires », une série d’attaques et de ripostes. Aucun coup réel n’est porté lors de cet exercice, qui requiert maîtrise, timing et précision. Le Macho Kyorugi se compose de 3 types d’assauts : Han Boen Kyorugi, Du Boen Kyorugi, San Boen Kyorugi, des attaques composées respectivement de 1, 2 et 3 pas.

Self-défense ou « Hoshinsul »

Le Hoshinsul ou self-défense consiste à mettre en application toutes les techniques du Taekwondo pour se défendre en cas d’agression. Cet exercice permet d’appliquer le large éventail des techniques du Taekwondo : clefs, coups de coude et de genou, saisies et dégagements. Le Hoshinsul permet de mettre le pratiquant dans une situation réaliste pour le pousser à réagir avec sang-froid et de manière aussi efficace que possible.

La casse ou « Kieupa »

Pratiquée le plus souvent lors de démonstrations ou de passages de grades, la casse permet au pratiquant d’évaluer sa maîtrise technique en « cassant » une planche en bois, une brique ou une tuile. Un exercice réservé aux pratiquants confirmés et qui requiert concentration, puissance et agilité.

La ceinture noire :

La ceinture noire témoigne de l’expérience et du nombre d’année de pratique du taekwondoïste.  Au terme de 5 années de pratique en moyenne et après avoir réussi un examen devant ses pairs, le pratiquant porte le grade de ceinture noire 1er dan. Suivant un planning bien défini, il passera des grades Dan supplémentaires. Ces grades sont validés par une instance internationale de renom : le Kukkiwon.

Actuellement, l’ABFT compte un membre 8ème Dan et dix membres 7ème Dan qui pratiquent depuis des décennies.

Nos partenaires